La politique actuelle des grandes écoles

Les grandes écoles
Les grandes écoles ont publié un livre blanc sur l’ouverture sociale. Désormais, ils veulent laisser leur chance à des élèves issus des milieux les plus défavorisés mais qui ont de solides connaissances. Les grandes écoles symbolisent souvent l’excellence et durant de nombreuses années, les élèves de ces classes venaient d’un milieu aisé et plus intellectuel. En fait, cela était dû en partie aux prix élevés des concours et de ces écoles. Les banques ont parié en ces jeunes gens doués en leur permettant des emprunts à taux préférentiels pour payer les grandes écoles. Les grandes écoles ont mis en place quatre leviers pour permettre aux élèves doués mais de milieu défavorisé de les intégrer. Premièrement, les grandes écoles ont été chercher leurs futurs élèves en amont : c’est-à-dire qu’ils sont allés voir les lycéens et collégiens de milieu populaire pour leur présenter leur structure. Des programmes de tutorat ont permis à des élèves suivis d’aller jusqu’au bout de leurs ambitions. Le recrutement s’est diversifié : autrefois, les grandes écoles n’intégraient que des élèves issus de classes préparatoires aux grandes écoles (prépa HEC, prépa scientifique ou lettres), maintenant, il y a davantage de passerelles qui permettent aux autres étudiants (de la faculté en l’occurrence), d’y entrer. Le personnel enseignant accompagne les étudiants issus de ces diversités à obtenir leurs diplômes. Enfin, l’aide matérielle est prévue comme la gratuité des concours pour les boursiers, les aides au financement des études (prêts d’honneur, bourses sociales internes…). Ces élèves de grandes écoles feront les cadres de demain dans les entreprises. Au sein même de celles-ci, quels sont les avantages de la diversité ?

L’étude sur la diversité du capital humain et la performance économique

Statistiques
Cette étude a révélé la richesse de la diversité humaine dans les entreprises. Quatre grandes entreprises ont participé à cette enquête réalisée par Goodwill Management pour IMS-Entreprendre pour la Cité : Orange, Axa, L’Oréal et Vinci. Selon les conclusions de cette étude, les équipes les plus performantes sont les plus diversifiées. Mais elles doivent être managées correctement. Les salariés seniors, contrairement à ce que l’on pourrait croire sont légèrement plus performants que les juniors (à hauteur de 4 %) quand leur poste est bien adapté. Les seniors ne sont pas payés plus chers non plus. Simplement on obtient souvent un poste au salaire plus élevé quand on monte dans la hiérarchie avec l’âge. Les personnes handicapées fournissent le même travail que les personnes normales. Elles sont légèrement plus absentes mais elles restent beaucoup plus fidèles à l’entreprise où elles sont employées ce qui compense l’absentéisme. Les femmes ne sont pas moins absentes que les hommes sauf en période de grossesse. Il est également plus rentable pour une entreprise de se doter d’une politique contre les discriminations que d’être condamnée pour discrimination ce qui terne l’image de l’entreprise en cas de recours à la HALDE. La diversité des origines ethniques se traduit par moins d’absentéisme et moins de turnover. Des équipes diversifiées, selon cette étude, augmenterait la rentabilité de l’entreprise de 5 à 15 %, un résultat tout à fait remarquable.